Le pauvre et le riche

le-riche-et-le-pauvre-1.jpgLe pauvre et le riche

      

        Il y a des choses qui ne peuvent laisser indifférent : allongé devant le seuil d’un commerce fermé, dans cette ville du littoral algérien, jadis belle et coquette, un être humain qui n’a plus rien d’humain, les yeux hagards enfoncés dans leur orbite, la tignasse poussiéreuse, touffue et en désordre, le visage émacié, ravagé par les péripéties d’une vie impitoyable, la barbe hirsute, les vêtements en lambeaux, l’hygiène douteuse, faisant penser plus, à l'homme des cavernes, qu'à un citoyen du monde, vivant au vingt-et-unième siècle, se tord de faim, suppliant d’un râle caverneux, les passants de lui donner à manger.

 

          Le moment d’étonnement et d’effarement passé, je lui donnai une pièce de monnaie et continuai à marcher, triste, secoué, déboussolé.

 

           Ce que je venais de voir me rappela un spectacle qui m’avait profondément choqué il y a quelques années : celui d’un SDF, aperçu dans la capitale portugaise, Lisbonne, cherchant sa nourriture dans une poubelle et mordant dans un morceau de pain qu’il venait d’y dénicher. L’image m’avait sidéré, parce qu’en ce temps-là, dans mon pays, cela ne se faisait pas, cela n’existait pas, cela ne s’imaginait pas !

 

            Parmi les souvenirs qui s’entrechoquaient dans ma tête, le récit fait par « Almanfalouthi », cet immense auteur, qui, selon ses propres dires, va au théâtre, non pas pour regarder ce qui se passe sur les planches, mais dans le but d’être « un spectateur ayant pour spectacle, les spectateurs eux-mêmes ! » me vint à l’esprit : il raconte, qu’un jour, alors qu’il se dirigeait vers la demeure d’un riche dignitaire, dans le cadre d’une visite, il rencontra en chemin, un pauvre, la main posée sur son ventre, comme s'il souffrait. A  la question :"qu'as-tu ?" Il répondit qu'il n’avait pas mangé depuis plusieurs jours. Il lui fit l’aumône de sorte qu’il puisse se mettre quelque chose sous la dent, puis continua sa route en direction du domicile de son ami aisé.

 

             Arrivé devant l’imposante construction, il fut introduit chez l’ami qu’il était venu voir. Il fut surpris de le trouver la main posée sur le ventre et gémissant. A la question de savoir de quoi il souffrait, on lui répondit : « il a eu une indigestion pour avoir trop mangé. »

 

             « Almanfalouthi » eut cette réflexion : « étonné, je ne pus m’empêcher de penser : pourtant, il aurait suffi que le riche donne au pauvre ce qu’il a mangé en surplus, pour qu’aucun des deux ne se plaigne ni de famine pour l’un, ni d’indigestion pour l’autre. »

                                                                                   B. BOUMEDIEN 08/10/2012

 

6 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (4)

1. Nadj 03/12/2015

Tant qu'il y aura des riches, il y aura des pauvres!!

2. Brahim (site web) 09/10/2012

Chère Marie-Line,

La vue a peut-être baissé, mais Saint-Exupéry ne disait-il pas : "On ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible pour les yeux" ? Et ton coeur, Marie, avec la façon dont tu te dévoues, voit bien et conforte l'affirmation de l'auteur du "petit prince", ce qui explique, et tu as raison de le souligner, ton "seulement elle"...

Amitiés.

3. Marie-Line (site web) 09/10/2012

Cher Brahim,
Merci pour cette réflexion qui s'impose malheureusement encore. Etant petite déjà rien ne justifiait à mes yeux qu'il puisse y avoir des gens très riches tant qu'il y avait des gens pauvres. Ma vue a baissé ! mais seulement elle...
Avec toute mon amitié.
Au plaisir de te lire.
Marie-Line

4. Anonyme 08/10/2012

Le riche doit manger quand il a faim, et le pauvre quand il trouve de quoi manger. Au plaisir de te lire amitié

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 21/09/2017

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×