Amo, amas, amat

Amo amas amat
Amo, amas, amat

 

Supprimer le latin ou supprimer le grec

C’est tuer deux fois, Socrate et Sénèque

L’Iliade et L’Odyssée sont des travaux d’Hercule

Leur apprentissage n'est pas inutile

 

Ignorer Cicéron et ces grands orateurs

C'est couper les racines et détruire les fleurs

De l'arbre longiligne aux fruits beaux et bons

Qui a pu survivre aux folies de Néron

 

 

 

Rosa, rosa, rosam, déclamait le poète

Et il avait raison d’avoir l’esprit en fête

L’ancêtre du français dite langue vivante,

Ne mérite pas, non, cette mort violente

 

Cela me fait penser à ceux qui détruisent

Fondations et piliers d’historiques bâtisses

La poésie, l’amour et le sens de l’humain

Doivent se perpétuer aujourd’hui et demain

 

J’aime, tu aimes, il aime quelle que soit la langue

C’est beau à écouter pour contrer la harangue

La funeste folie, grand mal de notre temps

Ravageant les saisons, au début du printemps.

B. BOUMEDIEN, le 12.05.2015

4 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 25/12/2016

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site