Les quatrains d omar khayam

LES QUATRAINS d'Omar Khayam

Les quatrains d omar khayam

Mon ami Saïd que je remercie, m'a fait parvenir ce beau poème d'Omar khayam, en vue d'un partage avec les amis et visiteurs de pedagotec. Je suis sûr qu'ils apprécieront et commenteront...

LES QUATRAINS

d' OMAR KHAYYAM

CELUI qui fit la coupe aime aussi la briser ! 
Chers visages si beaux, et seins doux au baiser, 
Par quel amour créés, détruits par quelle haine, 
Périssez-vous, trésors de cette fleur humaine?

 

Étreins bien ton amour, bois son regard si beau, 
Et sa voix, et ses chants, avant que le tombeau 
Te garde, pauvre amant, poussière en la poussière, 
Sans chansons, sans chanteuse amie, et sans lumière.

Puisque ce monde est triste et que ton âme pure, 
O mon amie, un jour, doit aller chez les morts, 
Oh ! viens t’asseoir parmi les fleurs sur la verdure, 
Avant que d’autres fleurs s’élèvent de nos corps.

Que vos pas soient légers à ces mousses fleuries, 
Près de ces flots riants comme des pierreries, 
Car on ne peut savoir de quelles lèvres douces 
Et mortes, ont jailli ces fleurs parmi ces mousses.

L’homme est une poupée en la main d’un géant 
Nous sommes des jouets sur le damier des êtres, 
Et le quittons bientôt pour rentrer au néant, 
Dans la botte et dans l’ombre où les vers sont nos maîtres.

Cloué, les yeux fermés, sur les hauts murs de Khous, 
Pend l’affreux chef saignant du fier Key-Kavous. 
Sur son crâne un corbeau crie en raillant sa gloire, 
Où sont tes clairons d’or qui sonnaient ta victoire ?

Que d’êtres non vivants qui vivent sur la terre ! 
Que d’autres enfouis au séjour du mystère ! 
Et devant ce désert du néant, je me dis 
Que d’êtres y viendront, combien en sont partis !

Tu vis donc se fermer, plein d’adorables choses, 
Ce livre, ta jeunesse, et se mourir les roses 
Du jardin, d’où l’oiseau d’hier s’est envolé... 
— Où, pourquoi, qui le sait ? Où s’en est-il allé ?

Sois jaloux en voyant la rose qui s’effeuille ; 
Elle sourit et dit à celui qui la cueille 
Déchirant le cordon de ma ceinture, enfin, 
Je répands mes trésors d’amour sur le jardin !

Comme l’aube écartait le rideau de la nuit, 
Quelqu’un de la taverne a crié : le temps fuit ; 
Remplis ta coupe avec la liqueur de la vie, 
Et sois ivre, avant l’heure où la source est tarie.

Épervier fou, laissant le séjour du mystère, 
Mon âme avait voulu monter encor plus haut ; 
Je n’ai point ici-bas trouvé ce qu’il lui faut, 
Et rentre d’où je viens, mal content de la terre.

Que de soirs, avant nous, ont éteint leur clarté !... 
Oh ! prends garde, en posant ton pied sur la poussière, 
Car peut-être fut-elle, aujourd’hui sans lumière, 
La prunelle des yeux d’une jeune beauté ?

Les sages te l’ont dit : cette vie est un songe, 
Une chose est certaine, et le reste est mensonge, 
Une chose est certaine ainsi que nos amours, 
La fleur s’épanouit, puis meurt, et pour toujours.

Plus rouge, plus ardente et plus fière est la rose 
Qui fleurit à la place où quelque Émir repose, 
Ainsi que la jacinthe en la mousse des bois, 
Pâle, sort d’une tête adorable autrefois, 

Toute espérance est vaine où notre cœur s’endort, 
Et cendre elle devient; car tout va vers la mort. 
Dans le désert ainsi disparaît la lumière 
De la neige, éclairant sa face de poussière.

Eux-mêmes les savants, ces scrutateurs des causes, 
Sans cesse poursuivant la vérité qui fuit, 
N’ont pu faire un seul pas hors de l’ombre des choses, 
Et, nous contant leur fable, ils rentrent dans la nuit.

Allah, Toi qui parfois T’endors, puis Te réveilles, 
Te caches, puis soudain brilles en des merveilles, 
Essence du spectacle, autant que spectateur 
Serait-ce pour Toi seul que Tu T’en fais l’auteur ?

Ce monde, moins que rien, n’est qu’un rêve pour Lui ; 
Sa splendeur, soleil d’or qui jaillit de la nuit, 
Une heure fait briller des poussières d’atomes 
— Et tout cela, vaine apparence de fantômes !

Nous sommes descendus très bas, et cette vie, 
Où nous venions trop tard peut-être, a contenté 
Si mal en ses désirs notre âme inassouvie, 
Qu’il lui plaît de sortir d’un monde sans beauté.

Voici le printemps clair où les lys vont renaître, 
Où, comme ravivé du souffle de Jésus, 
Le rosier va fleurir, et le ciel au-dessus 
Verser des pleurs d’amour, en pensant à son Maître
.

 

(Traduction de Jean Lahor)

 

Brahim BOUMEDIEN sur Google+

4 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×